Obtenir la phylogénie des familles d'acanthomorphes et expliquer leur diversité


Accueil d’AcanthoWeb

Bienvenue !

Ce site est celui d'une équipe de recherche qui travaille sur la diversité et la classification des acanthomorphes. Vous en connaissez ; ils sont chez le poissonnier et dans votre assiette : morue, thon, maquereau, saint-pierre, sole... Vous en croisez dans nos rivières si vous êtes pêcheur : perche, sandre... Vous en connaissez si vous êtes aquariophile : guppy, poisson chirurgien, poisson ange, cichlidé... Mais, attention, tous les « poissons » ne sont pas des acanthomorphes.

On compte plus de 16 400 espèces d'acanthomorphes, réparties en plus de 310 familles. Pour mettre de l'ordre dans cette diversité, il faut classer !

Venez faire un tour dans la science des classifications... sans vous noyer !

Quand les diodons étaient des Amphibia

Dans sa 10ème édition de Systema Naturae, Carl von Linné (1707-1718) appelait Amphibia les animaux possédant à la fois un corps froid et nu, une odeur désagréable, un squelette cartilagineux ... et capables de vivre dans l’air ou dans l'eau.

De la sorte, il rassemblait dans ce groupe : des tortues, des lézards, des grenouilles, des requins, des lamproies, des esturgeons et divers acanthomorphes comme les diodons ...

 

Les acanthomorphes fossiles : histoire d'un succès évolutif

« De pierre estoit le poisson ». Par cette phrase, Jean de Joinville, compagnon de Louis IX durant la Septième Croisade (1248-1254), raconte son étonnement devant les « poissons de pierre » du Levant, au Liban actuel. Il y mentionne pour la première fois les célèbres fossiles de Hakel, Sahel Alma et Hadjoula, qui comprennent les plus anciens acanthomorphes connus.

À la mémoire de nos clades

Pour le centenaire de sa naissance, le 20 avril 1913, il est important de se rappeler le scientifique à la base même de la méthodologie utilisée dans nos travaux : Willi Hennig.

Attrape moi si tu peux

Cacher sa fuite sous un écran de fumée ou d'encre, voire un flash lumineux ou des leurres lumineux, n'est l'apanage ni des héros de films ou de romans, ni des pieuvres, ni des seiches et ni de certains annelides. Certains acanthomorphes en sont capables aussi.

Des histoires de sexe(s)

Le déterminisme du sexe, être mâle ou femelle, chez les acanthomorphes est plus complexe que chez les mammifères ou les oiseaux. Chez ces derniers, être d'un sexe donné est une histoire de chromosomes (XX chez les femmes et XY chez les hommes par exemple) et ne change pas au cours de la vie de l'individu.

Mais, chez les autres vertébrés, et donc les acanthomorphes, c'est réellement l'éventail des possibles.

Il n’y a qu’une seule espèce de Gymnodraco en Terre Adélie.

Les Gymnodraco sont des téléostéens antarctiques de la famille des bathydraconidés. Ils doivent leur nom (littéralement, « dragon nu ») à l’absence d’écailles.

Le genre Artedidraco est paraphylétique

Les téléostéens antarctiques de la famille des artedidraconidés se reconnaissent bien à leur barbillon mentonnier et leur opercule pourvu d’un crochet. Ce sont de petits animaux benthiques d’une longueur comprise entre 10 et 34 centimètres, dotés de grandes nageoires dorsales.

Quand une sole remonte le canal

La sole égyptienne (Solea aegyptiaca, soleidés) est une espèce de sole bien connue en méditerranée. Elle a récemment été  rencontrée dans le nord de la mer Rouge, l'image ci-dessous montre l'un de ses spécimens.